Solennité du Christ Roi de l’Univers (B)

Un Fils d’Homme qui paraîtra devant tous les peuples, que toutes les nations serviront et dont la royauté ne sera pas détruite. Voilà la vision que nous rapporte le prophète Daniel. Jésus de Nazareth enchaîné face à Pilate, affirmant que sa royauté n’est pas de ce monde. Voilà le Christ à l’aube de sa Passion. Contraste saisissant entre ces deux images : celle d’un roi de gloire et celle d’un roi outragé, humilié. Avènement d’un roi glorieux face à celui qui paraîtra devant la foule, flagellé, enchaîné et paré d’une couronne d’épine et d’un manteau de pourpre. Parle-t-on bien du même roi ? Oui frères et sœurs, celui qui est le roi des rois, qui siège à la droite du Père est le même que celui qui sera mis en croix surplombé de la mention « Jésus de Nazareth, Roi des Juifs ». Cela nous paraît incompatible ? Alors il faut que nous révisions nos conceptions de la royauté.

Jésus durant tout son ministère public ne dira jamais qu’il est roi, il va même fuir lorsque la foule veut le faire roi. Il sait bien qu’Israël attend un roi qui le délivre de l’occupant romain et redonne toute sa place au peuple hébreux comme au temps des grands rois David ou Salomon. Mais souvenons-nous qu’à l’origine, le peuple d’Israël n’avait pas de roi, c’était le Seigneur lui-même qui guidait son peuple. C’est pour imiter les autres nations qu’Israël a demandé à Dieu un roi et que le Seigneur a consenti à lui en donner un. Malgré ce choix d’Israël, le Seigneur a maintenu sa bénédiction pour son peuple. Pour nous aussi, le Seigneur continue de nous accompagner malgré les choix que nous pouvons poser et qui ne correspondent pas toujours au plan de Dieu. Mais Dieu travaille notre cœur pour que nous revenions vers lui, et lorsqu’il envoie son Fils sur la terre, il va nous redonner le vrai sens de la royauté. « Si quelqu’un veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur […] Le Fils de l’Homme est venu non pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude » (Mc 10, 42-45). C’est donc au moment de sa Passion, au moment où il porte tous nos péchés, où il est le serviteur par excellence, qu’il accepte enfin de se faire reconnaître comme roi. Voilà la figure de notre roi : celui qui s’est fait le plus petit et le plus serviteur, un roi qui est capable de donner sa vie pour ses sujets.

Si le Christ nous remet devant les yeux ce modèle de la royauté et si l’Église nous donne de fêter aujourd’hui le Christ Roi de l’Univers, c’est pour que s’étende le royaume de Dieu. Mais quel est-il ? Jésus le dit lui-même « ma royauté n’est pas de ce monde ». Le royaume de Dieu n’est pas de ce monde et pourtant il est déjà dans ce monde. Jésus en nous redonnant la véritable attitude du roi a inauguré le Royaume sur Terre. Au début du XXème siècle en pleine période de séparation de l’Église et de l’État Alfred Loisy disait : « Jésus annonçait le Royaume et c’est l’Église qui est venue ».  Il faisait lui aussi ce constat d’une Église qui se voyait trop belle et qui pouvait confondre la gloire du royaume des cieux avec la gloire terrestre. Oui notre Église est belle, l’Épouse du Christ est belle ; non pas parce qu’elle est l’Église des rois qui détiennent la vérité mais parce qu’elle est l’Église des serviteurs qui appartiennent à la vérité « quiconque appartient à la vérité écoute ma voix ».

Chaque fois que nous écoutons la Parole et que nous agissons selon l’Évangile, nous participons à la croissance du règne de Dieu ici-bas. Rappelons-nous qu’au jour de notre baptême, nous sommes devenus prêtre, prophète et roi ! Ce n’est donc pas une option pour nous d’agir en tant que roi mais c’est notre mission de baptisé ! Il est heureux de vivre en ce dimanche du Christ Roi, la journée nationale du Secours Catholique. Servir les plus pauvres est une fonction royale. Demandons-nous concrètement ce que nous faisons pour les pauvres. Osons aussi demander à l’Esprit-Saint dans notre prière de voir les pauvres vers lesquels il nous envoie. Ainsi petit à petit, grâce après grâce, le Seigneur va travailler notre cœur pour que nous ayons un cœur de pauvre. Nous pourrons alors pleinement recevoir cette béatitude : « Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux ».

Abbé Thibault De Bruyn, diacre


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter

mail orange in

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top