Homélie  31ème dimanche ordinaire B

(Messe de 11 heures)

Nous voici au seuil des fêtes de la Toussaint !

 Il y a quelques jours, une jeune femme, me partageait les récentes funérailles chrétiennes de sa grand-mère et la manière dont elle les a vécues. Elle me disait avoir aimé entendre le récit de la vie de sa mamie et elle finissait avec ce questionnement : « Si je devais mourir maintenant, que dirait-on de moi et dirait-on, comme pour ma grand-mère, que j’ai aimé tout simplement ».

Cela résume en quelque sorte ce que nous venons d’entendre dans les lectures : l’amour comme toile de fond de notre existence.

Trois points que je voudrais développer avec vous, trois éléments de la réponse de Jésus qui peuvent nous éclairer aujourd’hui :

  • Il présente tout d’abord l’amour comme un commandement.
  • L’amour de Dieu va de pair avec l’amour du prochain, l’un ne va pas sans l’autre.
  • L’amour, on le comprend mieux en tentant de le pratiquer plutôt qu’en faisant de longues dissertations sur le sujet.

L’amour est un commandement !

Cela ne cadre pas du tout avec la vision véhiculée par notre culture. Notre culture met l’accent très fort sur le sentiment.

Comme le dit très bien Benoit XVI dans son encyclique « Dieu est amour » : « Le sentiment peut être une merveilleuse étincelle initiale, mais il n’est pas la totalité de l’amour. C’est le propre de la maturité de l’amour d’impliquer toutes les potentialités de l’homme, et d’inclure, pour ainsi dire, l’homme dans son intégralité ».

L’élan d’aimer ne se commande pas. On n’oblige pas à aimer. En revanche, notre intelligence alliée à une belle volonté nous amène à penser qu’il est objectivement bon d’aimer.

Quant à la fidélité d’un unique amour, cela relève d’un engagement. On prend la décision de rester fidèle,  parce que l’étincelle d’amour qui s’était allumée au tout début de la relation était bonne et qu’on veux la garder.  Alors on décide, dans son cœur, ou mieux à deux, de rester ensemble pour entretenir cette flamme d’amour.

En ce qui concerne l’amour de Dieu, il s’agit, là aussi, d’une étincelle qui s’est allumée en nous, lorsqu’on a fait l’expérience bouleversante d’être aimé de Dieu ; lorsqu’on réalise que sans lui on ne peut rien faire de bon, et qu’on découvre qu’on a du prix à ses yeux, tel qu’on est.

Pour ce qui est d’aimer les autres, c’est une autre histoire …… plus compliquée, car il faut de l’affinité, de la proximité, de la compatibilité de caractères.

Dieu aurait-il tout faux alors en nous demandant d’aimer notre prochain ? Non, bien sûr ! 

Pour Dieu, aimer son prochain est  un commandement humain, humaniste. Il sous-entend qu’aimer consiste à ne pas nuire, à ne pas faire du tort, à avoir de l’empathie.

Ce n’est pas facile, pour y arriver ; il faut faire un travail sur soi pour maitriser ses aversions, ses incompatibilités et convertir son regard.

Pour un chrétien, c’est avec  Dieu qu’on apprend à regarder les autres avec respect, amitié.  C’est un long apprentissage qui demande de l’humilité, de la patience et une volonté de s’améliorer.

L’amour de Dieu va de pair avec l’amour du prochain

Lorsque nous entendons le « Shema Israël », la première chose qui nous est demandée, c’est d’écouter. « Ecoute Israël ».

Et écouter ce n’est pas si simple que cela.  L’amour commence par l’écoute.

  • L’amour envers Dieu par l’écoute de Sa Parole.
  • L’amour envers l’autre par l’écoute de son histoire.

Et l’amour s’enracine par des actes, par le geste. Aimer Dieu, c’est s’attacher à Lui, aimer ses commandements, sa sagesse, sa parole.  

Aimer Dieu, c’est faire l’expérience de sa présence en nous, au plus profond de nous.

En confrontant la vérité de nos vies dans la prière nous pouvons  découvrir qui nous sommes, en profondeur et désirer accueillir l’amour de Dieu en nous. Un amour qui relève, console et guérit !

Un amour qui agrandit le cœur pour voir plus loin et autour de nous afin d’entendre la souffrance du monde, entendre les besoins de nos frères.  La charité va de pair avec l’amour de Dieu.

Pratiquer l’amour plutôt que la disserter

Le Pape François ne cesse de nous rappeler de ne pas trop intellectualiser les choses dans ce beau domaine de l’amour. A ne pas nous perdre dans des distinctions subtiles à la manière des scribes… Autrement dit, nous  mettre devant des personnes et non devant des idées.

Alors, avec cette jeune femme  qui a été émue par ce dont on a pu dire lors des obsèques de sa grand-mère, comprenons bien « qu’au soir de notre vie nous serons jugés sur l’amour ».

La force du témoignage des saints que nous célèbrerons demain réside dans la vérité de leur vie, parce qu’ils ont pratiqué les Béatitudes, et observé les préceptes requis lors du Jugement dernier : « J’avais faim, j’étais nu, j’étais en prison …. »

Pour nous, le ciel se joue dès le « maintenant » de notre existence. Comme le dit si justement Ste Thérèse, « Tu le sais, ô mon Dieu ! pour t'aimer sur la terre, je n'ai rien qu'aujourd'hui ! AMEN.

P. Patrice Marivin


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter

mail orange in

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top