Ce dimanche est la Journée Mondiale des Missions !

Tout à l’heure, à la fin de la messe, chacun recevra un «flyer » indiquant les modalités simples et pratiques pour s’inscrire (s’il le souhaite) à une fraternité paroissiale. Fraternité, « oasis d’Espérance », pour partager autour de la Parole de Dieu et mieux vivre le lien entre sa vie et sa foi, entre sa vie au quotidien et la messe du dimanche.

  • Journée Mondiale des Missions.
  • L’Evangile de ce dimanche : une Bonne nouvelle.

Nous sommes à la sortie de la ville de Jéricho, sur la route qui mène à Jérusalem. Jésus est en train de s’acheminer de manière déterminée vers la Cité Sainte pour y vivre sa Pâque. Il est décidé à aimer jusqu’au bout. Le groupe de ses disciples l’accompagne en chemin. Et voici qu’au bord de la route se trouve un mendiant aveugle du nom de Bartimée.

Commençons par bien prendre conscience de la situation concrète de Bartimée.

  • Aveugle, il est plongé dans les ténèbres.
  • Assis, il se tient dans une position statique et passive.
  • Posé au bord de la route, il est situé en marge de la société et de la communauté des disciples.
  • Mendiant, il n’assume pas son existence.

Esclave des ténèbres, passivité, marginalité sociale, dépendance des autres.

Et Jésus passe ! Pour la foule, il s’agit de Jésus de Nazareth, alors que Bartimée va dire spontanément : «Jésus, fils de David, aie pitié de moi ». Les gens veulent le faire taire. Mais lui continue de plus belle. On imagine les réactions de la foule devant ce casse-pied qui vient troubler leur enthousiasme religieux.

Et Jésus s’arrête ! La foule aussi !

Elle est alors obligée de regarder Bartimée. Ce pauvre devient quelqu’un.

Pour Jésus, ce n’est pas seulement un aveugle ou un pauvre. C’est d’abord Bartimée, le fils de Timée. Bar (en araméen : fils) – Timée (en grec : valeur, honneur, dignité) Fils de valeur. L’homme n’est pas nommé de son nom propre mais par sa relation de filiation : Bar – fils…

Jésus dit : «Appelez-le ».

C’est un ordre donné aux « bien pensants » qui sont là et qui se prennent pour des bons croyants. Jésus les interpelle, car il sait qu’ils sont les premiers à convertir.

Nous, qui ressemblons un peu à cette foule des bien-pensants, nous recevons aujourd’hui la MISSION de porter dans notre cœur et dans notre prière les « Bartimée » de notre temps « Appelez-les » nous dit Jésus. Ici, dans l’Evangile, le regard des gens change et le premier mot qu’ils vont dire est : «Confiance ».

Jésus aurait pu rencontrer cet aveugle seul à seul et lui dire «Je te guéris ». Mais la délicatesse de Jésus est remarquable. Il n'impose pas à l'aveugle sa guérison. Il lui demande : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? », comme si Bartimée aurait pu avoir autre chose à demander.

Jésus ne le dépossède pas de lui-même. Il lui donne la parole avant de l'introduire dans la lumière  et le remettre en chemin.

Alors, La foule voit en direct la  « résurrection » de Bartimée qui se lève, mieux qui bondit. Il jette son manteau, c’est-à-dire qu’il rompt avec son passé de dépendance, d’humiliation, d’exclusion. Le manteau dans la Bible est le symbole de la condition humaine, de la personnalité d’un être humain. Oui, Jésus lui a redonné sa dignité, et bien plus car c’est un homme d’une foi exceptionnelle. «Va, ta foi t’a sauvé » pourra dire Jésus.

Les pauvres, les gens modestes,  nous montrent souvent le chemin de la foi car ils ne peuvent mettre leur confiance qu’en Dieu ou dans ses saints. Ce sont souvent les plus fragiles qui nous montrent le chemin vers Dieu. Comme disait un jour Saint François de Sales : «Les forts, Dieu les conduit par la main. Les faibles il les porte dans ses bras ».

Dimanche des missions ! Avec Jésus qui monte à Jérusalem, méditons.

Nous sommes tour  à tour, cette foule, fragile et changeante, qui a besoin de se convertir pour ne pas faire barrage à quiconque ; pour ne pas faire barrage à l’amour de Dieu et pour se laisser déplacer pour envisager et non pas dévisager.  

Il y a autour de nous, dans notre famille, notre paroisse, notre quartier, des personnes qui sont résignées et assises au bord du chemin. Nous arrêter. Les regarder. Les écouter. Elles ne peuvent rencontrer le Christ qu’à travers nous. Et nous pouvons leur dire : «Tu as du prix aux yeux du Christ. Jésus a confiance en toi ». Elles peuvent être pour nous le témoignage que l’Esprit Saint nous devance.

Nous sommes encore, chacun de nous, Bartimée, qui a besoin d’entendre Jésus lui dire : «Que veux tu que je fasse pour toi ? ». Et chacun apporte sa réponse :

  • Maitre que je retrouve la vue !
  • Maître que je retrouve la foi 
  • Maitre que je retrouve la joie

Tous les saints et toutes les saintes, que nous fêterons dans quelques jours, ont été illuminés par le Christ. La foi est une lumière d'en haut qui éclaire notre intelligence et c’est aussi une force divine qui dynamise notre volonté pour engager notre vie dans l'Église et dans le monde.

Qu'il en soit ainsi pour nous tous. Que nous puissions entendre Jésus dire à chacun de nous, comme à Bartimée : « Ta foi t'a sauvé ! »

P. Patrice Marivin


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter

mail orange in

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top