Dimanche de la Miséricorde Divine 2021

Ce deuxième dimanche de Pâques a reçu différents noms dans l’histoire de la liturgie. Dans l’antiquité chrétienne, on l’appelait le dimanche «in albis », en aube, parce que c’était le jour où, ceux qui avaient été baptisés dans la nuit de Pâques, revenaient huit jours après pour déposer les vêtements blancs qu’ils avaient reçus à l’occasion de leur baptême. Cela signifiait qu’ils n’étaient désormais plus des néophytes, mais qu’ils étaient considérés comme pleinement chrétiens.

Plus tard, on l’a appelé «le dimanche de Quasimodo », parce que, dans le missel romain, c’est le premier mot de l’antienne d’ouverture, de l’introït : «Comme des enfants nouveau-nés ont soif de lait, soyez avides du lait de la Parole ». Et c’est aussi une référence aux nouveaux baptisés qui doivent se nourrir de la Parole de Dieu pour devenir véritablement adultes dans la foi et la pratique chrétienne.

Enfin, Saint Jean-Paul II, en l’an 2000, a fait de ce deuxième dimanche de Pâques, le dimanche de la Miséricorde Divine, mettant ainsi en relief une révélation privée faite à une religieuse polonaise qu’il avait canonisée peu de temps avant : sainte Faustine, à qui le Christ avait demandé que la miséricorde de Dieu soit particulièrement honorée en ce deuxième dimanche de Pâques.

Le mystère de la miséricorde, c’est le mystère du cœur de Dieu qui s’émeut, d’un cœur qui se laisse toucher par la compassion, d’un cœur qui fait grâce. Dieu cherche à nous combler, à nous donner sa Paix, parce qu’il nous aime. Il veut nous faire participer à la joie de son salut. Le cœur de Dieu est un cœur qui ne savoure aucune tristesse, un cœur magnifique à se donner, un cœur tendre à la compassion, un cœur qui ne tient aucune rancune d’aucun mal, un cœur qu’aucune ingratitude ne ferme, un cœur qu’aucune indifférence ne lasse.

Et au cœur de cette messe, nous célébrons le sacrement des malades pour les personnes fragiles et vulnérables. Après l’imposition des mains, elles vont recevoir tout à l’heure, l’huile sainte pour soulager le corps, l’âme et l’esprit, pour chasser toute douleur, toute maladie, toute souffrance physique ou morale.

Le Christ Ressuscité, dans l’Evangile entendu à l’instant, apparait à ses disciples puis à Thomas et il leur dit : «La paix soit avec vous ! ». La paix, c’est-à-dire l’apaisement de toute querelle, l’apaisement de toute crainte, de toute peur, de toute angoisse. Le Seigneur Ressuscité nous rejoint dans nos enfermements, nos confinements, nos barrières, nos portes verrouillées, nos gants, nos masques, nos distanciations sociales. Tout cela, pour Jésus, icône de la Miséricorde du Père, ne fait pas obstacle, ne compte pas. Il est toujours là, et il ne demande qu’à nous rejoindre au cœur de nos vies, de nos déroutes, de nos échecs ; pour rebâtir nos vies personnelles et relationnelles, pour rebâtir sur la pierre angulaire de l’amour miséricordieux.

« La paix soit avec vous, avec toi ». Il nous est bon, tous, plus ou moins bien portants, de recevoir ces paroles de notre Seigneur Jésus-Christ. Ces paroles qui viennent nous guérir, nous délivrer et nous consoler.

  • . Toi qui, peut-être, as le cœur brisé par les injustices que tu as subies, ou par celles dont tu es le témoin, le Seigneur vient te guérir.

  • . Toi qui, peut-être, es captif du personnage que tu t’es fabriqué et dans lequel tu t’es enfermé, le Seigneur vient te libérer pour que tu sois toi-même, celui que Dieu veut que tu sois.

  • Toi qui peut-être, es esclave de telle ou telle addiction, le Seigneur vient te délivrer, te rendre libre pour aimer et vivre dans la vérité et la chasteté.

  • Toi qui, peut-être, es en deuil, parce que tu as perdu un être cher, ou parce que tu dois faire le deuil d’un projet, qui te tenait à cœur, le Seigneur vient te consoler.

  • Toi qui as l’esprit abattu parce que tu as perdu la joie de ta vie chrétienne, le Seigneur vient déverser sur toi l’huile de joie et te revêtir d’un habit de fête.

  • Toi qui peines sous le poids du fardeau parce que tu as le sentiment de ne pas porter du fruit, de prêcher dans le désert, le Seigneur vient te soulager et te donner le repos.

Pour ce que ces paroles s’accomplissent, il faut que nous ayons les yeux fixés sur Jésus.

Faire un acte de foi, comme Thomas ! Pas sur nous-mêmes et nos difficultés. Vous le savez bien, si Thomas a autant de doutes, c’est qu’il est trop tourné sur lui ; il regarde ses pieds au lieu de «regarder les réalités d’en haut » .

Les yeux fixés sur le cœur brûlant d’amour du Christ, blessé par Amour pour nous !

  • Mais pas sur les réseaux sociaux, pour vérifier si le nombre de mes admirateurs a augmenté.

  • Pas sur les statistiques qui montent ou qui descendent.

  • Pas sur le voisin, pour se comparer et pour convoiter.

Les yeux fixés sur Jésus-Christ !

Ayons toujours soif des dons que Dieu nous fait dans les sacrements.

Laissons-nous guérir, réconforter, consoler et envoyer par Dieu.

En mendiant, en pauvre : accepter d’être des pauvres ! La bonne nouvelle est annoncée aux pauvres ! Et c’est cela la cause de notre joie !

« La paix soit sur nous ». AMEN.

 P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

groupe ep 2020 vignette

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top