Comment sera cette année 2021 ?

En écho à l’année qui vient de s’écouler, cette question résonne tout particulièrement !

Nous ne sommes pas près d’oublier 2020 !

Alors, face aux incertitudes qui préoccupent nombre de nos contemporains, la prière de bénédiction biblique est à entendre comme un véritable hymne à l’Espérance : «Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Qu’il t’apporte la paix ! »

2021 sera l’année de Saint Joseph. Nous aimons sa pudeur, sa discrétion, sa foi et sa protection et sa confiance ! Accompagné de Marie qui «méditait tout ces évènements dans son cœur ».

Avec les exemples de vie de Joseph et de Marie, comment «tirer leçons » de l’année écoulée et formuler des vœux qui soient à la fois spirituels et incarnés, justes et appropriés !

Pour la première fois depuis très longtemps, nous avons fait l’expérience d’un malheur collectif. La pandémie du Covid 19, c’est cela : un malheur qui touche les continents, tous les pays, tous les milieux sociaux, tous les âges, même si bien entendu, certains, plus exposés, moins protégés par des systèmes de santé déficients ou par des conditions de vie précaires, ont été et seront plus touchés que d’autres.

Il s’agit bien d’un malheur collectif, qui potentiellement, peu toucher chacun. Or, nous n’en avions plus fait l’expérience, en France et en Europe, depuis la deuxième guerre mondiale, c’est-à-dire depuis 1965. C’était passé hors de notre champ de conscience.

Je voudrais insister sur le deuxième terme : malheur… COLLECTIF. Car ce «collectif » pourrait avoir une fécondité et contenir une promesse.

Nous avons fait l’expérience d’être frappés ensemble. Je crois que cela peut nous réveiller d’un sommeil dans lequel nous étions enfoncés, où nous voyions une destinée trop souvent conjuguée à la première personne du singulier.

Si nous ne nous réveillons pas, nous risquons ensemble un malheur encore plus grand, celui de la crise écologique et de toutes les tensions qui l’accompagneront.

Finalement, en ce début d’année 2021, c’est la question de l’avenir proche de notre monde, de notre planète, qui commence à se poser, grandeur nature.

Dans «Fratelli Tutti », le Pape François dessine avec deux gros traits rouges, la situation dans laquelle nous sommes : la mondialisation libérale, d’un côté, continue de faire violence à énormément d’hommes et de femmes et de peuples, sans qu’apparaisse clairement des alternatives économiques probantes.

Et d’un autre côté, en réaction, naissent des courants populistes, au verbe fort, des courants identitaires, qui ont en commun de désigner des adversaires, des coupables. Or ces deux tendances, en apparences opposées, jouent exactement dans le même sens, elles nous empêchent d’agir ensemble.

Elles disqualifient des acteurs, leur faisant perdre toute capacité à participer aux décisions et les rejetant sur le bord.

Le Pape François, face à tout cela, pense que l’on peut s’appuyer sur une autre tendance, présente en tout être humain, la conscience que nous redécouvrions qui nous sommes dans la rencontre, la relation, à travers les appels que nous nous lançons, les engagements que nous prenons, les soutiens mutuels dont nous sommes capables.

Pour 2021, nous sommes engagés dans un COMBAT : une vision de la destinée humaine où l’on a conscience que la valeur numéro 1, c’est ce qui nous relie ! Risquer la personne comme un être fragile, en devenir et relié !

Le combat est spirituel : redécouvrir que la vie se reçoit des autres, que c’est ENSEMBLE que nous pouvons agir, trouver du sens, créer, louer, servir, faire réponse au don que nous avons reçu.

Non sans humour, nous pouvons pensé que le virus a souhaité nous séparé et nous avons combattu, résisté et redécouvert que nous ne pouvons vivre les uns sans les autres.

Alors 2021 ?

Année Saint Joseph. Nous avons tant à apprendre de lui.

Sous la bénédiction et la protection de notre Seigneur !

Et puis, rassembler l’humanité blessée et dispersée pour qu’elle trouve sa paix et son accomplissement en Christ, dans le corps du Christ ! Ce corps livré pour nous, ce corps creusé, ce corps ouvert pour nous laisser l’espace de former en lui un seul corps. AMEN.

P. Patrice Marivin

Cette homélie est une libre interprétation d'un propos judicieux du Père Etienne Grieu, jésuite


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter

mail orange in

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top