Rome, 16 novembre 2015

Au lendemain des dramatiques attentats parisiens, le pape François, en commentant les lectures 33è dimanche de l'année liturgique,  a invité les baptisés, à renoncer à la lecture des horoscopes ...

Paroles du pape François avant l’angélus

Chers frères et sœurs, bonjour !

L’Évangile de cet avant-dernier dimanche de l’année liturgique propose une partie du discours de Jésus sur les derniers événements de l’histoire humaine, orientée vers le plein accomplissement du règne de Dieu (cf. Mc 13,24-32). C’est le discours que Jésus prononça à Jérusalem, avant sa dernière Pâques. Celui-ci renferme des éléments apocalyptiques tels que : guerres, famines, catastrophes cosmiques : « Le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées » (v. 24-25). Toutefois, ces éléments ne sont pas la chose essentielle du message. Le noyau central autour duquel tourne le discours du Christ est Lui-même, le mystère de sa personne, de sa mort et de sa résurrection, et son retour à la fin des temps.

Notre destination finale est la rencontre avec le Seigneur ressuscité.

Et je voudrais vous demander : combien d’entre vous y pensent ? Un jour je rencontrerai le Seigneur face à face. Voilà notre but : cette rencontre.

Nous n’attendons pas un moment ou un lieu, mais nous allons à la rencontre d’une personne : Jésus.

Donc, le problème n’est pas « quand » se vérifieront les signes prémonitoires des derniers moments, mais c’est d’être prêts quand la rencontre aura lieu. Et il ne s’agit pas de savoir « comment » ces choses arriveront, mais « comment » nous devons nous comporter, aujourd’hui, en attendant que cela arrive. Nous sommes appelés à vivre le temps présent, en construisant notre avenir avec calme et confiance en Dieu. La parabole du figuier en fleurs, qui marque l’arrivée de l’été (cf. v. 28-29), nous dit que la perspective de la fin ne nous détourne pas de la vie présente, mais nous fait regarder le temps qui passe dans une optique d’espérance.

L’espérance, la vertu la plus difficile à vivre, la plus petite des vertus mais la plus forte. Et l’espérance a un visage : le visage du Seigneur ressuscité, qui vient « avec grande puissance et avec gloire » (v. 26), autrement dit en manifestant son amour crucifié transfiguré dans la résurrection. Le triomphe de Jésus à la fin des temps sera le triomphe de la croix, la démonstration que se sacrifier par amour du prochain, en imitant le Christ, est la seule puissance victorieuse et l’unique point ferme au milieu des bouleversements et des tragédies du monde.

Le Seigneur Jésus n’est pas seulement le point d’arrivée de notre pèlerinage sur terre, Il est une présence constante dans notre vie. Il est toujours à nos côtés, nous accompagne en permanence. C’est pourquoi quand il parle d’avenir et nous projette dans sa direction, c’est toujours pour nous reconduire au présent.

Il est contre les faux prophètes, contre les voyants qui prédisent une fin du monde pour bientôt, et contre le fatalisme. Il est là, il marche près de nous, nous aime. Il veut que ses disciples, de toute époque, n’aient pas cette curiosité pour les dates, les prévisions, les horoscopes. Il concentre alors notre attention sur l’histoire présente.

Je voudrais vous demander – mais ne répondez pas, que chacun réponde en lui-même – : combien d’entre vous lisent l’horoscope du jour ? Que chacun réponde. Quand l’envie vous prend de lire l’horoscope, regardez Jésus qui est à vos côtés. Cela vaut mieux, cela vous fera plus de bien. Cette présence de Jésus nous renvoie à être attentifs et vigilants, excluant du coup l’impatience et la somnolence, la fuite en avant ou de nous sentir prisonniers du temps présent et des mondanités.

Aujourd’hui aussi, les calamités naturelles et morales ne manquent pas, ni les adversités sous toutes leurs formes. Tout passe – nous rappelle le Seigneur – ; sa Parole seule reste comme une lumière pour nous guider, nous consoler à chaque pas, et toujours nous pardonner, parce qu’elle est à côté de nous. Il faut seulement le regarder et il change notre cœur.

Que la Vierge Marie nous aide à nous appuyer sur Jésus, qui est le socle de notre vie, et à persévérer avec joie dans son amour.

© Traduction de Zenit, Océane Le Gall

(16 novembre 2015) © Innovative Media Inc.


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

groupe ep 2020 vignette

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top