Aujourd'hui, avec moi, tu seras dans le Paradis".

C’est notre Destinée, notre Espérance et notre Vie !

En tant que  chrétiens nous habitons le monde à partir de l'Avenir (pas à partir du passé !). Nous sommes citoyens du Ciel, c'est la FORCE de notre vie chrétienne !

"On venait de Crucifier Jésus".

Dans la page d’évangile que nous venons de lire, 2 groupes prennent position face à Jésus crucifié : ils y a d’un côté, ceux qui sont contre lui, et de l’autre, ceux qui sont pour lui. Mais dans leurs invectives ou leurs provocations, les uns et les autres utilisent le verbe "sauver" :

  • "Il en a sauvé d'autres, qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ, l'Élu"
  • "Si tu es le Roi des Juifs, sauve-toi toi-même"
  • "N'est-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ?

Mystère du Calvaire, scandale de la Croix !

Regardons d'abord le groupe des hostiles : chefs religieux, soldats et l'un des 2 bandits crucifiés. Ils se moquent de lui ; ils le tournent en dérision, l’un d’eux l’injurie. C’est un véritable flot d’agressivités qui est projeté sur Jésus. Un véritable « jésus-bashing » comme on dit aujourd’hui.

Mais Jésus prie pour eux : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. » Jésus met en pratique ce qu'il a enseigné : « Priez pour ceux qui vous calomnient, aimez vos ennemis. » (Lc 6, 27-28.)

Observons maintenant le groupe de ceux qui se tournent vers Jésus : les femmes qui se tiennent à distance, et surtout le « malfaiteur », que l’évangile qualifie de « bon larron ». Sa supplication touche et console le cœur de Jésus, qui aussitôt le SAUVE.  « Aujourd'hui, je te le dis, avec moi tu seras dans le Paradis. »

Jésus est un roi qui sauve de la mort et du péché.

Jésus aurait pu répondre à la provocation des soldats en se sauvant lui-même, mais il ne le veut pas parce qu'il veut nous sauver par la Croix, par l'Amour qu'il donne au Père sur la Croix. C'est l'Amour (un amour qui se donne, qui se livre à l'extrême) qui est force de Salut..

L’évènement tragique de la Croix est le Pèlerinage que Jésus accomplit, jusqu’au bout, pour combattre l’injustice et  nous rendre justes, par la puissance de son amour.

Ainsi, le premier sauvé est un malfaiteur. Il est accueilli dans le royaume parce qu’il a regardé Jésus avec contrition et qu’il s’est laissé regarder.

Et nous ? Comment regardons-nous Jésus sur la Croix  ? Avec dolorisme ?  avec défaitisme ?  ou avec confiance ?

Allons-nous accepter (enfin) que Jésus pose aussi son regard sur nous ? « Laisse-toi regarder par le Christ, car il t’aime ».

Pour cela, ne jouons pas au plus fort, ne nous mettons pas du côté de ceux qui ricanent et qui se moquent.

"Dis leur combien ils me blessent quand ils craignent de s'approcher de moi" dira Jésus à Sœur Faustine lors des apparitions. « Mon amour est si passionné pour toi, il n’en reçoit que des ingratitudes. »

Demandons ici la grâce de la conversion et de la guérison de nos blessures. Mais scrutons aussi  nos lieux possibles de guérisons :

Le ronchonnement, les rancœurs, le refus de pardonner, le manque d'estime de soi, la mauvaise culpabilité, la fatigue, l'usure, la comparaison, la critique, le bavardage, le commérage et les murmures, le visage funèbre, le profit mondain et je vous laisse poursuivre cette liste... Sourire... ("supporter patiemment les personnes ennuyeuses")

"Auprès du cœur du Christ, le cœur de l'homme rejoint sa capacité à aimer" (Jean- Paul II).

Je crois que ce matin,  le mystère d’amour de Jésus-crucifié, répand sa grâce sur notre frère diacre, Joseph Kerbarh, qui demande avec Maryvonne son épouse à recevoir le sacrement des malades au cours de notre messe de 11 h. "Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume".

La vraie consolation de la vie chrétienne est de pouvoir se tourner vers Dieu et de lui dire MERCI, quel que soit l’état dans lequel nous nous trouvons: bonne ou mauvaise santé, joie ou tristesse, paix ou épreuves de toutes sortes. Acte de foi et de confiance d'un Dieu qui sauve et qui guérit ! N'ayons pas peur d'ouvrir nos portes au Christ Crucifié et Ressuscité !

Nous sommes Citoyens du Ciel. Cela doit se voir et se vivre !

En ce dernier dimanche de l’année liturgique, je souhaite que chacun puisse ré-entendre ce que l’Esprit-Saint murmure en lui inlassablement :

  • Dieu t'aime : Tu es aimable, tu es aimé. L'homme est aimé par la Vérité qu'est le Christ !
  • Jésus te sauve : Il y a un Sauveur (et la place est prise depuis 2000 ans). Alors, convertis-toi !
  • Il est présent là parmi nous pour que nous vivions de sa vie. Lui, le secret de notre JOIE.

AMEN.

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top