La charité de St Martin - Chapelle St Pierre -Saulges

Aujourd'hui, en ce 11 novembre 2019, alors que tous les témoins sont au CIEL, nous continuons à commémorer l'évènement du 11 novembre 1918 : l'armistice est signé à Rethondes, les combats s'arrêtent, la guerre est finie, mais elle laisse des souvenir terribles de mort et de destruction.

Aujourd'hui aussi, 11 novembre, l'Eglise honore un soldat nommé Martin, qui venait des confins de l'Europe, de la Hongrie, et qui participait à l'occupation de la Gaule par les armées romaines. Mais ce soldat est aussi un grand témoin non pas de la violence guerrière, mais de la bonté qui sauve le mal.  Sur sa route, dans un hiver très froid, alors qu'il avançait avec son cheval, il a vu devant lui un homme misérable, sans défense, presque sans vêtements, abandonné de tous. Il l'a vu, il s'est arrêté, avec son épée, il coupe son manteau en deux, donnant la doublure à celui qui en avait tant besoin.

Nous sommes ici pour un devoir de mémoire, c'est bien ! Mais aussi, je l'espère, parce qu'au fond de nous-mêmes nous savons bien que la paix n'est jamais gagnée et qu'il faille toujours oeuvrer pour plus de justice et de paix.

Quand Saint Martin coupe son manteau, il fait un geste de solidarité mais plus encore un geste de justice.

"Aimez la justice, vous qui gouvernez la terre. L'Esprit Saint, éducateur des hommes fuit l'hypocrisie, il se détourne des projets sans intelligence, quand survient l'injustice, il la confond" nous dit le livre de la Sagesse.

A nous qui sommes en responsabilités, il nous faut repousser les réflexes de peur, qui nous replient sur nous-mêmes et nous enferment dans nos égoïsmes. A nous de saisir les occasions de refuser le mal, de nous "contenter" de nos titres provisoires de "gloire et de noblesse" ("Une personne qui croit être dans le vent risque fort un destin de feuille morte"). A nous d'être inventif et créatif pour d'abord sauver l'homme de lui-même. La sauver de la tentation de Babel ! Dans un monde globalisé, de plus en plus interconnecté et interactif, il s'agit de préserver l'unité de l'homme, sa singularité, son histoire, sa liberté intérieure, sauver sa raison ! Un homme aimé de Dieu, capable à son tour d'aimer, de vivre dans le Beau, le Vraie et le Bien. Bref, honorer son humanité depuis sa conception jusqu'en sa mort naturelle.

Face, il faut bien le dire aussi, à la poussée des individualismes, aux rêves de certains nationalismes parfois exacerbés et à un repli sur soi, avec toutes les dérives que cela peut entrainer, il nous faut inventer des fraternités nouvelles, où l'on découvre peu à peu que le vrai bonheur, à l'image de Saint Martin, c'est de faire celui des autres, pour devenir ainsi Oasis d'Espérance pour notre prochain et redécouvrir l'Espérance avec un grand E.

Frères et sœurs, puisque nous rappelons la mémoire de tant d’hommes dont la vie a été fauchée trop tôt par la mort, prions pour que les sacrifices qu’ils ont consentis aiguisent notre vigilance et ravivent notre espérance.

 J’aimerais terminer avec ces mots de Charles Péguy, mort dès le début de la guerre, le 5 septembre 1914, au cours de la bataille de l’Ourcq, près de Meaux. Dans le Porche de la deuxième vertu, il écrit ces lignes que nous connaissons tous :

La foi que j’aime le mieux, dit Dieu, c’est l’ Espérance.
La Foi ça ne m’étonne pas […]
La Charité, dit Dieu, ça ne m’étonne pas. […]

Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’ Espérance.
Et je n’en reviens pas.
L’ Espérance est une toute petite fille de rien du tout.
Qui est venue au monde le jour de Noël de l’année dernière.
C’est cette petite fille de rien du tout.
Elle seule, portant les autres, qui traversa les mondes révolus.
[…]

L’ Espérance voit ce qui n’est pas encore et qui sera.
Elle aime ce qui n’est pas encore et qui sera.
Sur le chemin montant, sablonneux, malaisé.
Sur la route montante.
Traînée, pendue aux bras de ses grandes sœurs,
qui la tiennent par la main,
La petite espérance s’avance.
Et au milieu de ses deux grandes sœurs elle a l’air de se laisser traîner.
Comme une enfant qui n’aurait pas la force de marcher.
Et qu’on traînerait sur cette route malgré elle.
Et en réalité c’est elle qui fait marcher les deux autres.
Et qui les traîne, et qui fait marcher le monde.
Et qui le traîne.
Car on ne travaille jamais que pour les enfants.
Et les deux grandes ne marchent que pour la petite.

Nous aussi, frères et sœurs, veillons avec vigilance sur la fragile espérance.

Parce qu’elle combat l’indifférence, elle est l’autre nom de la paix.

Saint Martin, priez pour nous !

AMEN


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top