20ème dimanche du temps ordinaire - C

Fichez-moi la paix !

Il nous est tous arrivé, un jour, de dire cette parole assez désobligeante tantôt aux enfants, au conjoint, aux collègues, et, nous-mêmes, à nos confrères  ….

Pas plus tard qu’hier matin, sur le parvis de la cathédrale, j’ai entendu un adolescent dire à son père «  fiche-moi la paix ». 

Et que se passe-t-il après ce défoulement verbal ?  Rien …. Parce que la paix que l’on souhaite dans ce cas-là n’est pas une véritable paix, mais le plus souvent une dérobade ou une fuite en avant. On met le couvercle sur les difficultés en cours, parce qu’on ne veut pas de vagues. Malheureusement cette posture n’est qu’un chemin de violence retardée !

Et puis, il y a la parole de Jésus entendue à l'instant :

« Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division ! »

Qu'est-à-dire ? Comment comprendre cette parole paradoxale de Jésus ?

En tout cas, il ne faut pas la prendre au pied de la lettre, mais la mettre en lien avec d’autres paroles de Jésus car l’évangile est un tout.

Par exemple, quand le Christ s'adresse à ses Apôtres, avant d'entrer dans sa Passion, il dit  : « c'est ma paix que je vous donne, c'est ma paix que je vous laisse. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne ».

Il convient de distinguer deux paix, la fausse et la vraie !

  • La fausse paix est celle que l'on veut avoir : « fichez-moi la paix ».
  • La vraie est celle que l'on accepte de faire : « Faire la paix, faire œuvre de paix ».

Celui qui veut par-dessus tout "avoir la paix", c’est à dire, mettre la main sur la paix pour lui tout seul,  peut difficilement se réclamer du Christ ; seuls les artisans de paix (le labeur de la paix), sont fils de Dieu.

Le Christ est venu nous apporter la paix ! Elle a un très grand prix. Cette paix, Jésus l'a fait par le sang de sa croix, comme le dit Saint Paul aux Colossiens. C'est par ce baptême de sang et par le don de l'Esprit Saint, qui en est le fruit, que Jésus a réconcilié le monde avec le Père, l'a remis sur le chemin de la vraie paix.

A la suite de Jésus, ses disciples ont répandu le Feu de l'Esprit Saint, au prix de maintes épreuves et contradictions, comme la lettre aux Hébreux s'en fait l'écho !

Pour vivre en paix, il faut « fixer notre regard sur Celui qu'ils ont transpercé », donc sur Jésus.

La paix que notre cœur cherche est un fruit de l'Esprit Saint. Il n'y a pas d'autre chemin. Elle est un fruit de ce feu qui purifie, qui brûle ce qu'il y a en nous d'égoïsme, de toute recherche d'une paix égoïste. L'égoïsme génère la violence. L'Esprit Saint nous pousse à ouvrir et rouvrir sans cesse les chemins de dialogue dans la vérité et dans l'amour, dans le respect et la confiance, car l'autre a quelque chose à m'apporter que je n'ai pas.

Je n'ai pas la vérité, je ne suis pas la vérité. Il n'y en a qu'un qui est la Vérité : le Christ.

Voilà ce feu de l'Esprit Saint et son fruit de paix qui nous est confié depuis 2000 ans. Et quelles que soient les oppositions, les blessures, les déchirures, ce fleuve de feu ne s'éteindra jamais. Il est plus puissant que tout. « J'ai vaincu le monde » ose dire Jésus, avant même d'entrer en Passion.

Jean-Paul II aimait dire aux jeunes : « si vous êtes ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde ».

Pour L'annoncer, il faut VIVRE de Sa paix ! Rappelez vous la prière de Saint François d'Assise !

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta Paix ». C'est laborieux la paix, ça doit coûter. Ça coûte la paix, cela à coûté à Jésus et ça nous coûte aussi ! La paix qui est le fruit de la vérité, encore une fois, et de la charité. 

                "Seigneur, fais de moi, un instrument de Ta Paix !
                Là où il y a la haine, que je mette l'amour.
                Là où il y a l'offense, que je mette le pardon.
                Là où il y a l'erreur, que je mette la vérité.
                Là où il y a le désespoir, que je mette l'espérance.
                Là où il y a les ténèbres, que je mette la lumière.

AMEN.

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top