Notre Dame du Mené

Un petit malin disait un jour : « une visite, cela fait toujours plaisir, si ce n'est pas quand ça arrive, c'est au moins quand ça part »... Sourire... Humour décalé... Joie du 15 août !

De la visite qui vient d’être évoquée dans l’évangile, je veux retenir ce matin une question essentielle, celle-là même qui a surgi dans le cœur d’Elisabeth lorsqu’elle a vu Marie pousser la porte de sa maison : « D’où cela me vient-il que tu viennes jusqu’à moi ?

Pour le dire plus simplement avec nos mots d’aujourd’hui : « Qu’est-ce qui t’amène ? » ou encore « Qu’est-ce qui me vaut ta visite ?

Question essentielle parce que dans toute visite vraie, il y a un mobile, une cause.

Pour Marie la réponse est toute simple : C’est Jésus. Uniquement Jésus !

Marie est enceinte depuis quelques semaines, et, elle se sent habitée par une présence nouvelle qui concrétise en elle la promesse qui lui a été faite : « Tu concevras un Fils ».

Cette habitation de Marie la transporte de joie au plus haut point, non pas qu’elle s’enorgueillisse, oh non ! mais parce que cette Présence lui donne des ailes pour courir par monts et par vaux vers Aïn Karim, cette petite bourgade proche de Jérusalem où vit sa cousine Elisabeth.

Quand on a Jésus en soi, on ne tient pas en place, on a envie de le communiquer, de le partager ; c’est plus fort que soi !

Jésus ouvre en Marie un océan de joie, de foi, d’amour, d’espérance. Et elle y consent pleinement en proclamant le Magnificat qui déroule tout ce qu’elle a sur le cœur.

  • Marie est entièrement habitée par la joie … pas une joie banale, « correctement chrétienne », mais plutôt une allégresse bondissante qui la soulève intérieurement. « Mon esprit exulte en Dieu, mon sauveur. »
  • Marie est entièrement habitée par la foi, car elle découvre concrètement que Dieu a fait en elle ce qu’il a dit : « il s’est penché sur son humble servante,» et a pris chair en elle.
  • Marie est entièrement habitée par l’amour et c’est pourquoi elle rend grâce à Dieu qui tient son regard tourné vers ceux qu'on humilie, ceux qui ont faim, ceux qui sont désespérés. «  il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles »; « il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. » Dieu renverse les choses, il met à l'endroit ce que les hommes mettent à l'envers
  • Marie est entièrement habitée par l’espérance, parce qu’elle s’abandonne entièrement à Dieu qui tient parole. «  Il se souvient de la promesse faite à nos pères. »

Frères et sœurs ne nous lassons pas de contempler Marie qui rend visite à sa cousine Elisabeth ! Admirons la ferveur de sa jeunesse et rendons grâce pour le commencement de sa maternité en notre faveur ! C'est Jésus qui est à l’origine de la vocation de Marie.

Je ne sais pas pourquoi, mais je crois entendre le Maître de ces lieux, le Bon Dieu, demander à chacun d'entre vous : « D’où cela me vient-il que vous soyez venus jusqu’à moi aujourd’hui ?

J’anticipe un peu vos réponses :

C’est la tradition du 15 août … c’est parce que ce sont les fêtes d’Arvor,  c’est parce qu’on aime bien la culture bretonne et les chants bretons, c’est parce que la messe est inscrite dans le programme de la journée …etc.

Tout cela est très louable et beau … et c’est bien !

Mais j’ai envie de vous proposer une réponse plus affectueuse, plus filiale : vous êtes venus pour Marie, essentiellement pour Marie, à cause de Marie.

Souvenons-nous que c’est Marie qui remplit aujourd’hui toutes les églises et chapelles de France placées sous son patronage et cela, elle le fait depuis des siècles ! (Cf : voeu de Louis XIII)  C’est une vraie tradition que même la modernité n’efface pas !

Tout le monde peut aimer Marie, parce qu’en plus d’être la mère de Dieu et elle est notre mère. Nous pouvons tout lui dire de nos joies, nos peines, nos soucis, nos douleurs : « Allo maman bobos !  Ô Marie prends nos prières ! »

Marie écoute tous ses enfants, elle est leur avocate auprès de son fils. Elle est celle que l’on prie à genoux, celle qui sourit et pardonne.

Chers Frères et sœurs, vous êtes venus ici aujourd’hui pour Marie, pour la rencontrer, lui parler. Ouvrez-lui votre cœur, elle saura vous conduire vers son fils.

Marie conduit toujours à Jésus. Elle est la porte du tabernacle où Jésus se tient comme pain de vie, pain de la route. Et à l’heure de notre mort, elle sera la porte qui nous ouvrira le ciel.

« Ô Marie, chez nous aujourd’hui, soyez Reine ! Soyez notre Reine d’Arvor, c’est pour cela que nous sommes devant vous, et conduisez-nous vers votre fils Jésus. » Amen !

P. Patrice Marivin