Homélie 32ème dimanche du temps ordinaire

Dimanche 11 novembre 2018 !

  • Dimanche : jour de repos, jour de Résurrection et donc jour de PAIX !
  • 11 novembre 2018 : 100ème anniversaire de l'Armistice et de surcroit la fête de Saint Martin de Tours, patron secondaire de la France !
  • Centenaire de l'Armistice ! La paix est une "vieille dame" dont la jeunesse du coeur est sans cesse à renouveler !
  • Centenaire de la guerre que l'on appelle "grande" non pour sa gloire mais pour ses batailles longues et meurtrières impensables pour des millions de jeunes soldats !

Le Pape François disait en juin 2015, à Sarajevo : « Vous n'avez pas le droit d'oublier votre histoire. Non pas pour vous venger, mais pour faire la paix... reprenez la mémoire pour faire la paix... faites toujours le contraire de la cruauté qui règne sur terre encore aujourd'hui : ayez des attitudes de tendresse, de fraternité, de pardon. Et portez la croix de Jésus-Christ ».

Dans l'Évangile selon Saint Marc entendu à l'instant, l'arrestation de Jésus, son procès et sa passion sont tout proches. Le passage proclamé nous relate le dernier moment qu’il va passer dans le Temple et son dernier enseignement.

Au milieu des scribes et des gens riches (ceux qui aiment rechercher les honneurs, parader en public, mettre en avant leur savoir, prétendre tout comprendre et tout expliquer de la Loi, considérer les gens du peuple comme des ignorants), nous est donné à voir cette pauvre veuve : elle donne ce qu'elle a, elle donne ce qu'elle est : deux piécettes sans valeur !

Nous entendons le Christ nous dire ce matin : "N'imitez ni les scribes prétentieux, ni les gens riches, mais plutôt cette pauvre veuve qui donne sans arrière-pensée, sans calcul et sans ostentation. Elle donne gratuitement et par amour puisque le don qu’elle fait est pour Dieu.

Nous faisons mémoire aujourd'hui des millions de personnes qui ont été victimes de la barbarie de la première guerre mondiale. Même s’il est d’usage de dire qu’ils ont donné leur vie,  il est plus juste de dire que la guerre a pris leur vie et qu’ils ont consenti à combattre au prix de leur vie. J’ose une comparaison avec l’obole de la pauvre veuve : ils ont été les « piécettes » d’une offrande émouvante, sans ostentation, dans la boue des tranchées, dans le froid, la faim et le dénuement. Et Dieu seul a vu leurs actes d’abandon et nous croyons qu’il les a transformés en DON. « Que leurs noms vivent à jamais ! »

Chacun peut faire de sa vie un don, une offrande, là où il se trouve. Il n’est pas nécessaire de parader pour donner. Savons-nous voir les humbles, les petits qui œuvrent sans se montrer dans les multiples associations qui émaillent notre société ? Sans eux la vie serait parfois désespérante …

C’est pourquoi, tout ce que les guerres nous apprennent, et en particulier la 1ère guerre mondiale, nous oblige, dès maintenant, dans notre société actuelle, à défendre la dignité inaliénable de toute personne humaine, à commencer par ceux qui sont menacés d'être traités comme des objets ou comme des pions, en fonction des lois implacables des performances financières, techniques ou marchandes, qui sont les lois de la guerre économique.

Il faut faire la guerre à la guerre, comme Charles PEGUY le fait dire à Jeanne d'Arc « Il faut tuer la guerre en faisant la guerre à la haine », à ces haines sournoises qui se cachent derrière des projets inhumains, aussi bien dans le champ de la politique que dans celui de l'économie.

Centième anniversaire de l'Armistice : je crois aussi que ce dont nous avons besoin, de plus en plus besoin, ce sont des raisons de servir le Bien Commun, la « chose publique », la « Res publica », et pour le dire clairement « pratiquer la justice, aimer la miséricorde et marcher humblement devant notre Dieu ». (Michée).

Les promesses du Christ Jésus vont au-delà des horizons de notre histoire : nous serons jugés sur cela, sur nos pratiques de la justice, de la miséricorde et du respect de la Loi de Dieu, et peut-être que nous seront surpris d'avoir été, plus que nous le pensions, associés à la bonté de Dieu, plus forte que tout mal, que toute guerre et que toute violence ! Nous l'espérons ! AMEN.

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Contacter le webmaster

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

     logo guide michelin 2018Pour la 2è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2018,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Back to top