21ème dimanche ordinaire B

Tout au long de l’été dans cette cathédrale,  nous avons célébré plusieurs mariages, dont celui d’hier après-midi, particulièrement émouvant parce qu’il concernait 2 paroissiens ayant grandi, l’un et l’autre, dans l’ombre de la paroisse, sans jamais la quitter. Ils se sont connus ici, au pied de l'autel, en tenue de service, l’un servant d’autel, l’autre servante d’assemblée ! Ils se sont regardés et aimés !

Ce matin, (ce soir), en repensant aux promesses conjugales ou religieuses des uns et des autres, nous disons avec tous les nouveaux mariés de cet été : "Seigneur, à qui irions-nous, tu as les paroles de la vie éternelle" !

Parole de la vie éternelle : on ne se marie pas uniquement parce qu'on s'aime mais surtout pour s'aimer et « semer » jusque dans l'éternité !

Je crois avoir aperçu des froncements de sourcils dans notre belle assemblée, pendant la 2è lecture de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens, non pas à cause de ce passage-ci :

"A cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu'un"

mais à cause de celui-ci :

"Frères, par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres ; les femmes à leur mari, comme au Seigneur Jésus ; car pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l'Eglise, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps".

Tentons de comprendre !

En lisant les paroles de Paul avec la mentalité d'aujourd'hui, une difficulté saute immédiatement aux yeux. Paul recommande aux maris d'aimer leur femme (et cela nous convient - celui qui a des oreilles, qu'il entende), mais ensuite il recommande aux femmes d’être soumises à leur mari et dans une société comme la nôtre, fortement et à juste titre, soucieuse de la parité des sexes, ceci semble inacceptable.

Soyons clair :  Il ne faut pas demander à saint Paul de dire ce qu'il ne pouvait pas dire en son temps, parce que cela était totalement impensable et inconcevable !  Sans doute  est-il en partie conditionné par la mentalité de son époque où le mariage faisait, tout simplement, passer la femme de l’autorité du père à l’autorité du mari. Toutefois, j'ose le dire (!), la solution aujourd’hui, ne réside pas dans le fait de supprimer le mot soumission des relations entre mari et femme, mais certainement de rendre cette soumission réciproque.

En d'autres termes :

  • Non seulement le mari est invité à aimer sa femme, mais la femme est conviée aussi à aimer son mari ;
  • Non seulement la femme doit être soumise à son mari, mais le mari doit également être soumis à sa femme.

Amour réciproque et soumission réciproque sont les deux faces d’une même réalité : le don de soi.

Et le modèle par excellence de cette soumission mutuelle, c'est la relation du Christ à son Eglise : « Il l'a aimée et s'est livrée pour elle ».

Dans le mariage, se soumettre signifie tenir compte de la volonté du conjoint, de son opinion et de sa sensibilité ; écouter, dialoguer et non décider seul ; savoir parfois renoncer à son opinion. Se souvenir que l'on est devenu « conjoints », c'est-à-dire, littéralement, placés sous le « même joug ».  

Il existe deux façons de manifester son amour à la personne qu’on aime.

  • La première c’est de lui faire des cadeaux ;
  • La deuxième, qui est beaucoup plus exigeante, consiste à demeurer dans la fidélité quoiqu’il arrive.

Dieu nous a aimés de ces deux manières-là :

  • Il nous a fait des cadeaux :  le ciel, la terre, les fleurs, notre vie, nos enfants, nos talents ...
  • Mais, ensuite, dans la plénitude des temps, en Jésus-Christ, il est venu parmi nous pour être solidaire de nous au point de nous aimer jusqu’au bout de son dernier souffle sur la croix :  « Père pardonne-leur ».

C'est ce qui se passe également dans l'amour conjugal.

Au début, on exprime son amour par des cadeaux, mais vient le temps où ça ne suffit plus : il faut donner plus que des « petites choses » et il faut donner différemment, parce qu’il y a le mystère du mal qui fait son entrée dans la vie de tous les jours : la sclérose du cœur, les soucis matériels, le manque de communication, la maladie, etc.  Et alors il faut apprendre à devenir UN, c’est-à-dire SOLIDAIRES, CONJOINTS parce que c'est le projet que Dieu a fait dans la plénitude du sacrement de mariage.

Un mariage heureux entre deux personnes « parfaites » ça n'existe pas.

Un mariage heureux est un mariage contracté entre deux personnes imparfaites qui s'aiment d'un amour désintéressé et engagé. Leur amour n’est pas aveugle : il voit les faiblesses de l’autre mais il les couvre de son amour.

C’est cela est le véritable amour, et Saint Paul nous dit qu’il ressemble à celui que le Christ a eu pour nous dans son Eglise.

Voilà, frères et sœurs.

Redécouvrir ce matin le sens et la grandeur de l'amour dans le mariage ! Avec le don de soi qui mène à la vraie joie ! Pas la soumission ou la domination, mais le dialogue aimant, patient, la générosité inaltérable jusqu’au pardon et la volonté de faire grandir un amour partagé !

On ne se marie pas uniquement parce qu'on s'aime mais pour s'aimer ! AMEN

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Contacter le webmaster

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

     logo guide michelin 2018Pour la 2è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2018,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Back to top