Homélie pour la solennité de la naissance de Jean Baptiste

24 juin 2018

Nous sortons tout juste d’un grand week-end de fête et d’affluence.  « Cathédrale de Vannes pleine à craquer pour les ordinations » a écrit Ouest France dans le journal lundi. Pourtant les statistiques de la Conférence des évêques montrent qu’à vue humaine, l’Eglise en France va franchement mal :

  • Elle perd du terrain : cette année, il n’y aura aucune ordination sacerdotale sur les 2/3 du territoire de France.
  • Et elle perd des jeunes: en 25 ans, le nombre de baptême a diminué de 45%, et le nombre de mariage de 65%.

C’est un effondrement magistral. A considérer pourtant avec sagesse au vu des lectures de ce dimanche, car nos pères ont connu pire.

A l’époque à laquelle écrit Isaïe (1ère lecture) les juifs ont été infidèles au point qu’ils se sont fait totalement dégager du pays par les voisins.

Quant Anne et Joachin, le couple dont parle l’évangile, ils sont stériles et entrent dans leur vieillesse sans n’avoir aucune descendance.

Pourquoi nos pères ont-ils finalement échappé aux menaces d’exil et d’extinction?

Parce que des générations de prophètes comme Isaïe et Jean-Baptiste se sont levés. Aujourd’hui l’Eglise en France a un genou à terre, elle ne se relèvera pas sans une nouvelle génération de prophète. Dans la Parole ce dimanche je voudrai relever trois caractéristiques du prophète :

LE SOUVENIR DE SA VALEUR

Plutôt que se plaindre de l’exil, Isaïe se souvient «  [qu’il] a de la valeur aux yeux du Seigneur ».  

Il y a quelques semaines j’ai rencontré un homme que je ne connaissais pas dans la rue, qui m’a ensuite invité à déjeuner. Vous savez ce qu’il m’a dit ? Il m’a dit : « tu es un miracle ». Ça veut dire que pour cet homme, loin de l’Eglise, nous les chrétiens, nous avons de la valeur, nous sommes leurs miracles, «  [leur] lumière au milieu des nations». C’est exactement la prière du psaume: « Je reconnais devant toi le prodige que je suis ».  

Si l’on ne souvient pas que l’on est un miracle, on ne deviendra pas une génération de prophètes.

L’ENGAGEMENT

Un miracle, ça engage. A la prière d’Isaïe, le Seigneur répond : « Tu es mon serviteur, Israël ». Comme à l’annonciation de l’Ange, Marie répond « voici la servante du Seigneur »

Servons-nous la société ?

J’aimerais simplement vous faire remarquer qu’il n’y a presque plus aucun catholique à servir en politique. Il ne s’agit pas de faire une politique chrétienne (Jésus n’est ni de gauche ni de droite) mais de faire de la politique en tant que chrétien. Comme l’a rappelé Pie XI, « la politique est la forme la plus haute de la charité » parce qu’elle touche au plus grand nombre.

« Ce ne sont pas les chrétiens de salon qui changeront le monde, en le commentant du haut du balcon ! » disait le pape François. Si nous ne sommes pas serviteurs, nous ne serons pas une génération de prophètes.

L’AUDACE

Voilà la mission d’Isaïe : « Le Seigneur a fait de ma bouche une épée tranchante, […] il a fait de moi une flèche acérée ». Il nous faut, nous aussi, une parole qui tranche tout en visant juste.

Saint Paul a prêché que « le sauveur pour Israël : c’est Jésus » jusqu’à la crucifixion. Jean Baptise a annoncé le Christ jusqu’à la décapitation.

Prions pour que nos évêques et nos prêtres aient une parole tranchante et juste. Qu’ils aient l’audace d’annoncer que le Christ est le Sauveur, qu’ils aient l’audace de toujours défendre les pauvres et les petits en son Nom.

C’est aussi à vous, selon ce que permet votre devoir d’état, d’annoncer sans rougir « ce que vous mains ont touché et ce que vos yeux ont vu ».

Si nous n’avons pas cette audace, nous ne serons pas une génération de prophètes.

Remarquons pour finir que les promesses de la terre et de la descendance ne se sont pas accomplies au détriment des adversaires, au contraire : « les voisins et la famille d’Elisabeth apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle ».

Qu’il en soit ainsi pour l’Eglise en France !

P. Antoine Le Garo


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Contacter le webmaster

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

     logo guide michelin 2018Pour la 2è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2018,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Back to top