Autorité

Il y a trois semaines, Mgr Michel AUPETIT, était installé archevêque de Paris en la cathédrale de notre capitale.

A la fin de son homélie, il dit : « S'il vous plaît, frères et sœurs, ne donnez pas raison à ce célèbre proverbe chinois : "quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt". "Ne regardez pas l'Archevêque, contemplez le Christ ! »

Dans l'Evangile proclamé à l'instant, le Christ est contemplé ! Pourquoi ? Parce qu'il EST autorité dans l'enseignement, et autorité sur les esprits mauvais... Voilà le maître mot de ce texte : Autorité.

Mais qu'entend-on par autorité dans le cas de Jésus ?

L'étymologie du mot grec employé dans l'évangile peut nous y aider.  « Ex-ousia" signifie "hors de l'être ».

Jésus parle à partir de ce qu'il est, de ce qui l'habite au plus profond de lui. Il parle vrai, il parole du cœur de son être, il parle comme il agit, il parle avec autorité. « On était frappé par son enseignement » nous dit Saint Marc. Sa parole réveille et secoue !

[C'est peut-être tout le contraire des homélies habituelles qui bercent, ronronnent ou ennuient ! Sourire !]

Plus sérieusement, Jésus rejoint les gens de l'intérieur. Il ne juge pas, ne condamne pas, mais redonne espérance et joie de vivre. Les auditeurs sont littéralement « séduits » par sa façon d'être, de faire et de s'exprimer : « Il parle avec autorité ».

Vous le savez aussi, en latin, le mot autorité veut dire : « faire grandir, faire croître », « aider à se développer ». Lorsque l'on parle d'autorité parentale, on souligne la capacité des parents à faire grandir leurs enfants libres et pleins d'espoir pour l'avenir.

C'est le genre d'autorité que Jésus exerce, une autorité qui permet de grandir, une autorité de service. Il est venu rendre les gens plus autonomes, plus libres, plus en mesure de porter du fruit.

Il fait autorité et pourtant un homme réagit... Un de ses auditeurs réagit en cris et vociférations. « Un homme tourmenté par un esprit mauvais » nous indique l'Evangile.

Osons ce matin nous identifier à cet homme ! Peut-être que son cri viendra nous rejoindre dans notre souffrance intérieure ?

Car nous le connaissons bien cet être intérieur qui ne trouve plus de paix en lui-même tant il est trop souvent dominé par les réalités obscures qui l'habitent. Il est comme déchiré entre la partie profonde de lui-même qui ne demande qu'à être aimée et cet esprit mauvais qui le domine et l'isole.

Il a perdu son unité intérieure au point que, dans ce morcellement de sa personne, il ne dit plus "je" mais "nous" : "es tu venu pour nous perdre ?" Sa prison intérieure est plus dure que celles que bâtissent les hommes. Face à Jésus, il vit une déchirure entre son désir d'être sauvé et la révolte qui le tenaille encore.

Nous le connaissons bien cet homme car il sommeille un peu en nous. Il y  a en chacun de nous des démons qui règnent en maîtres : nos pouvoirs, nos asservissements, notre égo, etc...

"Es tu venu pour nous perdre ?"

Jésus ne se laisse pas rebuter par les hurlements et les menaces. Derrières les grimaces et les cris, il a déjà reconnu la souffrance d'un enfant bien-aimé de Dieu, d'un frère et l'appel au secours qu'ils cachent.

Il récuse la note de toute-puissance qu'évoque l'expression de l'homme tourmenté : « Tu es le Saint, le Saint de Dieu ». Sa seule puissance, c'est celle de l'amour. Et la force de l'amour ne se déploie que dans la plus radicale humilité : « Silence » dit-il...

Et c'est désormais dans ce silence que cet homme jadis tourmenté va renaître à la paix intérieure, à la liberté et à la maîtrise de lui-même.

« Ne regardez pas l'archevêque, contemplez le Christ »

Comment dire ?

Ne restons pas sur nos fermetures, nos autosuffisances, nos raidissements, en contemplant le Christ qui fait AUTORITE par son ETRE et sa PAROLE de LIBERATION, nous percevrons mieux que l'amour de Dieu veut nous sauver et nous donner la vie !

Ce qui transparaît ainsi à travers le Christ, c'est :

  • Une SAINTETE - MAJESTE, cette autorité de Jésus qui frappe les auditeurs, et qui vient de l'INTERIEUR de lui-même parce qu’il est Dieu ;
  • Une DELICATESSE sur le cœur des hommes, tellement forte et immédiate qu'elle chasse l'esprit mauvais ;
  • une PLENITUDE de vie qui émane de Jésus et qui s'offre aux hommes, comme une amitié toute gratuite, une amitié qui LIBERE, faire VIVRE et GRANDIR.

AMEN.

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

Situation de la cathédrale

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Contacter le webmaster

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

     logo guide michelin 2018Pour la 2è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2018,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Back to top