Ce matin, nous commémorons deux événements !

Tout d'abord, en ce 11 novembre, l'Eglise fait mémoire de Saint Martin, Evêque de TOURS, évangélisateur de la Gaule au 4ème siècle. Saint Martin était dans l'armée romaine, il quitta ses fonctions pour recevoir le baptême et devenir chrétien.

A cette fête de Saint Martin vient s'ajouter la commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 mettant fin à une guerre épouvantable où beaucoup de nos compatriotes ont perdu la vie, où beaucoup de familles furent meurtries à tout jamais.  

Le souvenir de la Grande Guerre comporte aussi un acte de gratitude envers toutes ces personnes qui ont donné leur vie pour que notre pays reste libre et en paix. La France continue à vouloir cette liberté et cette paix, toujours fragile et jamais définitivement assurée. Elle l'a montré encore récemment.

Nous venons d'entendre l'Evangéliste Saint Jean nous rappeler le commandement reçu depuis le commencement et qui est le commandement de l'amour. Il nous renvoie ainsi à la parole de Jésus évoquant le jugement dernier : « J'étais un étranger et vous m'avez accueilli, j'étais nu et vous m'avez vêtu...Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits, qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.»

Deux appels ce matin : CONVERSION du regard et CONVERSION du comportement.

Construire la paix, c'est une réalité concrète. Celui qui s'engage en faveur de la paix doit commencer par la construire en lui-même. Il n'est pas possible d'être un artisan de paix si, en soi-même, on n’est pas en paix. Et le premier ennemi de la paix intérieure, c'est le ressentiment, l’agressivité, la jalousie, tout ce qui fait qu’on n’aime pas ceux qui ne pensent pas comme nous ou qui ne sont pas comme nous. Pour les chrétiens, cela porte un nom : c’est le péché. Le péché abîme la relation avec Dieu et avec les autres, il engendre le mal et la souffrance. Et là, il n’y a qu’un remède : la conversion.

D’abord, la conversion du regard. Se laisser regarder par Dieu, comme la Samaritaine, comme la femme adultère, comme l’enfant prodigue, comme Simon-Pierre après son reniement ….. et se laisser aimer jusque dans ses fêlures et ses faiblesses.

  • Seul Dieu est capable d’aimer tous les hommes, indépendamment de leurs qualités, de leurs mérites et de leurs turpitudes ....
  • Seul Dieu aime éperdument la brebis égarée au point d’abandonner toutes les autres pour aller à sa recherche.
  • Seul Dieu est capable d’ouvrir le Ciel au Bon Larron qui se repend quelques minutes avant d’expirer ….

Dieu est AMOUR, et seule la foi m’en donne la certitude même dans les moments  difficiles de la vie. Je ne suis pas un numéro perdu dans l’immensité du cosmos. Je suis aimé parce que Dieu me dit : « tu as du prix à mes yeux ».  La foi rend heureux « de l'intérieur » et éclaire la vie !

Cette conversion du regard n’élude pas la complexité des affaires du monde. « Vous êtes dans le monde, dit Jésus à ses disciples, mais vous n’êtes pas du monde » (Jean 17, 14-18). Cela signifie que nous devons éviter de nous laisser instrumentaliser de façon partisane face aux situations parfois dramatiques que nous rencontrons et elles sont nombreuses.

Lors du dernier Colloque Européen qui s’est tenu fin octobre au Vatican, le pape François a exhorté tous les responsables politiques et religieux à « repenser l’Europe », à repenser toutes les relations qui entrelacent les pays pour éviter que l’emprise économique n’aboutisse à une « globalisation sans âme ».

Mais, nous le savons bien ce souhait du Saint Père, exige une solide conversion du comportement car chacun de nos choix, chacune de nos décisions a un impact sur le monde. 

Le chrétien devrait analyser sa manière de vivre et de consommer au regard de son inventivité et de sa disponibilité à servir.

Chercher à servir non seulement l'intérêt général, mais le Bien Commun et cela est plus bien plus exigeant que de chercher à satisfaire la somme des intérêts particuliers ou des lobbies. Cela demande un effort de tous, des gouvernants aux corps intermédiaires et à chaque personne. Gardons nous d'être esclave de Mammon, tentons de mener une vie simple et sobre, retrouvons les réflexes du partage et de l'hospitalité. Arrêtons les rapports de force et entrons dans ce qui délivre, relève, grandit la vie de tous, de notre pays, de l'Europe et celle du monde.

Ce 11 novembre doit nous appeler à être ferments de réconciliation, de miséricorde, d'écoute bienveillante pour affronter ensemble les défis. L'Evangile nous invite à faire la « Vérité dans la Charité », sans jamais séparer l'une de l'autre, sans jamais les opposer. L'attitude de vérité va de pair avec l'exercice et la reconnaissance de la dignité humaine et son respect. Vérité sur qui nous sommes, sur ce que nous sommes et voulons demeurer, dans la culture qui est la nôtre ; culture capable de poser des exigences et de mettre en œuvre les vertus de prudence et de sagesse.

Comment dire ?

L'actualité de notre pays nous fait prendre conscience que la réalité est plus dure que ce que nous espérions ; des personnes animées de violence et voulant semer leur violence font tous les jours la Une de l’actualité.

MAIS, il nous est demandé, sans naïveté aucune, de laisser grandir en nous le désir de la paix, de laisser grandir en nous l'espérance que les hommes peuvent se parler les uns aux autres, de faire confiance au Seigneur et de nous dire que c'est Lui qui nous entraîne à ce changement, à cette conversion, à cette lutte contre nous-mêmes pour ne chercher ni vengeance, ni désir de violence en retour.

 "Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent".

Appuyons-nous avec force sur ce chant de confiance du psalmiste, pour fortifier notre espérance. AMEN

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

Situation de la cathédrale

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

 

 

Contacter le webmaster

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top