25è dimanche du TO - année A

Week-end de rentrée  paroissiale 2017

Quelle chance, oh mieux !  Quelle providence pour nous de méditer sur cette page d'Evangile souvent appelée celle des ouvriers de la dernière heure, en ce jour où nous vivons le 3è tempo de notre rentrée paroissiale !

Elle  doit nous faire beaucoup de bien, d’abord parce qu’elle nous dit qu’il n’est jamais trop tard pour être embauché par le Seigneur, et ensuite parce qu’elle met en évidence que le service de la Vigne du Seigneur est offert à tout le monde sans distinction et que la rétribution reçue est la même pour tous !

Cela doit nous mettre en joie au point d’avoir une météo intérieure au beau fixe !

Relisons la parabole ….et imaginons  

En pleine saison des vendanges, des patrons vignerons s'en vont heure par heure, tout au long du jour, recruter des ouvriers. Quand vient l'heure de la paye, ils versent à tous le même salaire sans tenir compte le moins du monde du nombre d'heure de travail de chacun.

Les travailleurs se révoltent, les syndicats s'indignent...

Mes amis, si d'aventure quelqu'un vous interroge sur la Doctrine Sociale de l'Eglise ou si parmi vous quelqu'un veut créer son entreprise et embaucher du personnel, évitez quand même de citer cet Evangile sans son explication et son mode d'emploi (si je puis dire...). Vous pourriez faire un contre sens, donner un contre-témoignage et en plus vous auriez la Direction du Travail, les Services de l'URSAFF et les Syndicats sur le dos... Cela fait beaucoup de monde en même temps ! (et nous, nous ne sommes pas "fainéants"...).

Dans la parabole que nous venons d’entendre, il n’est pas question de doctrine sociale ni d'équité sociale.

Jésus lui-même le dit en introduction ! Avez-vous été attentifs aux premiers mots ? « Le Royaume de Dieu est comparable à... »

Oui, c'est le Royaume de Dieu qui est ici présenté.

Ceux qui étaient, parmi nous, à l'assemblée de notre paroisse saint Pierre, avant hier soir, l'ont encore mieux compris. Le Christ nous embauche tous pour son Royaume de vie et d’amour !

Cela nous contraint à relever 4 défis pour notre paroisse :

  • Aller à la source,
  • former une communauté de disciples missionnaires,
  • témoigner,
  • servir les personnes.

Cherchons à mieux comprendre et laissons nous interpeller !

Quelle est cette vigne dont parle l’évangile ?

Dans la première Alliance, la vigne, c'est le Peuple d'Israël, le Peuple de Dieu chargé d'annoncer au monde la Bonne Nouvelle du Dieu unique.

Dans l’évangile, la vigne c’est Jésus. « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. » (Jean 15, 1-8)

L’image de la vigne nous fait saisir immédiatement que le travail auquel nous sommes appelés est collaboratif. Le Père ne fait rien sans Jésus et Jésus ne fait rien sans nous.

Sans la vigne, sans Jésus, nous ne pouvons pas porter du fruit et encore moins du bon fruit. Nous savons tous qu’il faut du raisin de bonne qualité pour faire du bon vin capable d’enchanter la vie, comme aux noces de Cana !

Le vin de Jésus c’est le vin de l'eucharistie. Il nous remplit d'amour et de joie pour le Royaume de Dieu.

Qu’est-ce donc que travailler à la Vigne du Seigneur ?

C’est tout d'abord s'enraciner en lui, L'aimer, Le Choisir, L'Adorer, Le louer. Ensuite, lorsqu’on est imprégné intérieurement de son amour, on peut répandre la Bonne Nouvelle de l'Evangile et proposer au monde de vivre à son tour la joie d’une présence fidèle et lumineuse avec le Christ.  Annoncer que Jésus est Chemin, Vérité et Vie et qu’il sauve du mal tous ceux qui marchent à sa suite.

Quand on croit en cette « Vigne-Corps du Christ», on peut mieux comprendre ce magnifique passage de Benoit XVI que nous avons médité vendredi soir :

"Seul, Dieu le Père, m'aime inconditionnellement, gratuitement, indépendamment de mes qualités, de mes mérites et de mes prestations. C'est seulement si Dieu m'accueille et que j'en deviens sûr que je sais définitivement qu'il est bon que j'existe. Seule, la foi me donne la certitude qu'il est bon d'exister comme personne humaine, même dans des temps difficiles. La foi rend heureux à partir de l'intérieur".

Et quelques années plus tôt, ce même Benoît XVI encore cardinal écrivait  : "L'avenir de l'Eglise ne viendra que de la force de ceux qui ont des racines profondes et vivent de la pure plénitude de leur foi".

Le Vigneron a besoin d’ouvriers.

Sans main d’œuvre pas de vendanges, pas de vin ! Nous devons toute notre vie laisser résonner en nous l’appel du Christ à ses disciples : « viens suis-moi ! ».

Car il n’y a pas d’heure pour commencer, ni d’heure pour partir en retraite en se disant « j’ai assez fait ! »

Dieu embauche tous les jours et à toute heure de la vie.

Certains entendent très tôt l’appel et donnent une réponse immédiate au Maître de la Vigne.

Mais pour beaucoup d’autres, c’est très différent :

  • certains découvrent (ou redécouvrent) le Christ au milieu de leur vie, à l’occasion d’un événement, d’une rencontre …
  • d’autres, comme dans la parabole de ce jour, c’est à la Onzième heure, autrement dit à la dernière minute,  qu’ils décident d’aller travailler,. Et que penser du Bon Larron qui est à 2 doigts de mourir et qui murmure humblement sa foi à Jésus !

Dieu n’a pas de montre !!! Dieu n’a pas d’horaire pour nous prendre dans son amour !

  • Ce matin, je pense à Elvira (9 ans) et Estéban (8 ans) qui seront baptisés samedi prochain ici !
  • Ce matin, je pense aux 7 jeunes "catéchumènes" de 18 à 30 ans de notre paroisse qui demandent à recevoir la première communion ou la confirmation !

Nous sommes tous appelés à entrer en service pour « étendre le règne d’amour du Dieu » autour de nous, selon nos capacités, selon nos spécificités personnelles. Servir ce n’est pas dominer, ni commander. Servir c’est prendre part à une mission communautaire dans un esprit de coopération : les uns avec les autres, pour les autres.

Tout cela grâce au Saint Esprit ! Jamais sans lui ! Il nous donne le cœur, le zèle, l'amour et la joie ! Et n'oublions pas le magnifique passage de Paul aux Corinthiens que nous avons médité vendredi soir :

"Frères, sans le Saint Esprit, personne n'est capable de dire : Jésus est le Seigneur. Les dons de la grâce sont variés, mais c'est toujours le même Esprit. Les fonctions dans l'Eglise sont variées, mais c'est toujours le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c'est partout le même Dieu qui agit en tous. Chacun reçoit le don de manifester l'Esprit en vue du bien de tous".

Vous le connaissez maintenant... L'Abbé Antoine LE GARO. Son arrivée parmi nous, diacre en vue du sacerdoce, doit nous bousculer. Nous devons réfléchir à notre propre baptême (de la source à la vie), aux liens, mieux, à l'articulation entre le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel... Prêtres, diacres, religieux, religieuses, prêtres : A TOUS, ON PEUT TOUT !

Travailler pour un « salaire unique »

Le salaire pour lequel nous sommes embauchés à la vigne du Seigneur, est le même pour tous : c'est une place pour toujours dans la gloire du Père. Un jour, quand nous quitterons cette terre, nous aurons le même "salaire" que le bon larron, que les martyrs, les docteurs de l'Eglise, que Saint Vincent Ferrier,  Soeur Emmanuelle ou Jean-Paul II ! Et pourtant, aux yeux des hommes, nous n'aurons pas fourni le même travail. Vous et moi n'allons jamais figurer sur le sanctoral de l'Eglise catholique mais nous aurons la même place que les grands saints ! C'est du BONHEUR et de la JOIE !

Conclusion

Voilà... Une météo intérieure au beau fixe en ce jour de rentrée car Dieu est BON.

Dieu est BON d'une bonté qui ne fait pas de comptes mais qui compte sur chacun d'entre nous !

Il nous faut abandonner nos logiques comptables, parce que dans le royaume de Dieu il n'y a pas de machines à sous pour nous faire gagner la cagnotte au petit bonheur de la chance ! (comme au Casino inauguré l'autre jour à Vannes !!!)

Il faut nous dire que la bonté de Dieu est aux antipodes de nos logiques économiques !

Ouvriers de la première ou de la dernière heure peu importe ! Ce qui compte c’est notre désir de conversion missionnaire pour travailler à répandre le règne d’amour de Dieu sur la terre.

C’est cela et uniquement cela qui nous est demandé.

C’est pourquoi, il nous faut sans cesse remonter à la source de notre baptême qu’est le Christ, pour être en mesure de former avec Lui un seul Corps, capable de rendre compte et de témoigner de l’espérance qui est en nous pour servir nos frères.

Si nous mesurons bien que c’est là tout le sens de notre vocation baptismale, alors nous pourrons dire avec l’apôtre Paul : « Pour moi vivre c’est le Christ ». Amen !

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

Situation de la cathédrale

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

 

 

Contacter le webmaster

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top