23ème dimanche du temps ordinaire

Belle parole de Dieu qui doit résonner en nous en ce début d'année pastorale !

En effet, les textes bibliques entendus à l'instant veulent nous aider à mieux vivre en Eglise, en famille ou au travail.

Ils nous parlent de la correction fraternelle qui est une composante de toute vie en société.

Dans la première lecture, nous lisons que le prophète Ezéchiel reçoit la mission de GUETTEUR pour la Maison d'Israël. Le Seigneur ne lui demande pas d'espionner ni de surveiller les autres. Il lui demande simplement d'être vigilant, proche, attentif, de VEILLER SUR... Le vrai guetteur surveille les alentours pour prévenir des dangers extérieurs, mais il veille aussi à l’intérieur de la cité pour protéger ses proches, ses amis afin qu’ils n’aillent pas se fourvoyer vers des chemins de perdition ...

Quelques exemples ...

  • Lorsqu’un enfant fait ses premiers pas, ses parents guettent avec affection tout ce qu’il entreprend afin de le protéger, pour qu’il ne trébuche pas, qu’il n’aille pas vers les escaliers ou  que son pied ne butte sur un obstacle !
  • Lorsque dans un couple l’un des deux est alité avec une grande fièvre ou douleur, l’autre guette le moindre signe pour anticiper ou devancer la plainte, et pour empêcher qu’il y ait aggravation.
  • Lorsqu’un ami ou un jeune est parti au loin un peu à l’aventure,, (tel le fils prodigue de l’évangile),  on guette la sonnerie du téléphone en espérant qu’il va donner de ses nouvelles.

GUETTER, ce n'est pas épier, ce n'est pas attendre le faux pas de l'autre, c'est être attentif et prévenant PAR AMOUR  …. mais cela peut aller parfois jusqu’à la correction fraternelle  en disant « Attention …. tu exagères, tu te trompes, tu dépasses les bornes  etc …  »

L'Evangile nous dit ce que nous devons faire quand un de nos frères en Christ, (= quelqu’un qui a les mêmes exigences évangéliques que nous) a mal agi à notre égard. «Va lui faire des reproches seul à seul.»

Donc dans la discrétion, avec tact et …. charité. Parce que la charité ne fanfaronne pas, mais,  elle met sa joie dans la vérité. (St Paul)

Mais quelle vérité ? Uniquement celle de l’Evangile du Christ  qui nous rappelle que la seule loi d’amour qui vaille est celle de l’amour mutuel, car celui qui aime les autres a pleinement accompli la Loi. « L’amour ne fait rien de mal au prochain » (2è lecture).

Le devoir de vigilance qui nous est demandé aujourd’hui, découle donc de notre vocation baptismale, puisque nous faisons partie de l’Eglise, Peuple de Dieu, Corps du Christ et Temple de l'Esprit.

Faisons un rapide examen de conscience :

  • Comment réagissons-nous lorsqu’un ami, qui sincèrement nous veut du bien, nous fait une remarque justifiée ?
  • Est-ce que nous l’écoutons en maugréant, en ricanant, ou est-ce que nous acceptons de nous remettre en question au besoin avec l’aide de la prière ?

L'Evangile d’aujourd’hui, nous  donne une réelle et belle leçon de pédagogie, car Jésus sait bien  qu’il n’est pas facile de pratiquer la correction fraternelle. C’est pourquoi, il anticipe les difficultés en suggérant d’aller progressivement  « si ton frère ne t'écoute pas, prend  deux ou trois personnes (de confiance bien sûr), et puis ensuite  donc en dernier recours …. prend à témoin la communauté de l'Eglise et s’il n'écoute pas la communauté, considère-le comme un païen et un publicain ».

Oh ! que cette sentence est dure à entendre ! Jésus nous a habitués à plus de compassion et de miséricorde ! Comment comprendre alors ce qui ressemble dans sa bouche à une sanction sans appel ?

En fait, il faut renverser la situation : ce n’est pas Jésus qui exclut, c’est le récalcitrant qui se met en marge par son refus de changer sa conduite.

Mais la communauté doit tout faire pour le porter dans sa prière et afin qu’il retrouve le chemin vers la conversion.

Tout cela suppose une attitude de délicatesse, de prudence, d'humilité et d'attention à l'égard de celui qui persiste à demeurer dans l’erreur.

Nous chrétiens, nous devons éviter les mots qui peuvent tuer ou blesser.

Quand nous disons du mal, quand nous critiquons indûment, quand nous blessons avec des mots tranchants, quand nous participons au lynchage médiatique sur les réseaux sociaux, nous pouvons tuer même physiquement (que l’on se souvienne de quelques jeunes qui se sont suicidés à cause d’une réputation ruinée sur Facebook ou autre).

Pareillement dans notre communauté paroissiale, dans notre milieu professionnel, nous devons éviter le commérage et couper court aux rumeurs non avérées surtout lorsqu’elles sont malveillantes ou diffamatoires.

 « AMOUR et VERITE se rencontrent, JUSTICE et PAIX s'embrassent » dit le psaume 84. Effectivement, tout est lié comme aime à le répéter le pape François. Nous vivons en interaction les uns avec les autres.

Mais personne n’est parfait, nous avons tous besoin du PARDON. La correction fraternelle est un service que nous pouvons nous rendre mutuellement dans une humble prière pleine d’indulgence.

"Prends pitié de nous, Seigneur" disons nous à la messe ! et non pas prends pitié de celui qui est à côté de moi, parce qu'il est pécheur".

Puisque l’évangile se termine par un appel à nous unir dans la prière, je propose que chacun, dans le silence de son cœur, reprenne à son compte l’invitation du psaume :  « Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur ».

En effet, c’est en ouvrant notre cœur et en écoutant la voix du Seigneur que trouverons toujours la bonne manière de rétablir la communion partout où elle est cassée ou blessée.

Souvenons-nous des dernières paroles de Jésus sur la croix : « Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.»

A son exemple donnons à l’amour et au pardon la première place dans nos relations fraternelles. AMEN

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

Situation de la cathédrale

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

 

 

Contacter le webmaster

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top