Après la parole primordiale ... Voici l'ultime geste de Vie

Depuis la nuit des temps, on imaginait Dieu, comme un vieillard austère semblable au Dieu Créateur de Michel Ange oeuvrant seul dans le Cosmos ! Portrait grandiose assurément, mais rétrospectivement, quelle triste idée de Dieu que ce monolithe solitaire perçu à partir de nos egos démesurés, avides de grandeur !

La Bible pourtant l'envisageait déjà tout autrement.  Il était trinitaire en filigrane. Il l'était dès la première page, quand l'Esprit flottait sur les eaux et que le Verbe de Dieu prononçait la parole primordiale « que la lumière soit ! »

Puis, au fil des siècles, la Parole de Dieu de mieux en mieux allait se dire, son Esprit de mieux en mieux travaillait le monde, et l'amour peu à peu taillait son chemin. Dieu se révélait.  

Maintenant, Dieu est connu. Nous savons qu’il n’est pas un « en-soi » solitaire. Il est amour. Amour de communion : don réciproque, dans l'unité, par le lien de l’Esprit.

N'en est-il pas ainsi de tout amour ? N'est-ce pas l’amour qui nous fonde et nous structure depuis toujours ?

Dimanche dernier, nous avons chanté le mystère de Dieu-Trinité.  

Aujourd’hui, nous chantons le mystère qui pérénise la présence du Christ au milieu de nous.

Après parole primordiale qui fit jaillir la lumière, nous contemplons l'ultime geste qui donne la vie :

« Jésus prend du pain et le partage en disant ceci est mon corps livré pour vous ».

Quel mystère de foi !  

Que serait l’Eglise aujourd’hui sans l’Eucharistie ?

Accepterons-nous de nous nourrir de notre Dieu d’amour, pour « devenir ce que nous recevons ? »

Père Patrice